Légendes - Pedro Miguel Pauleta (Partie 4)

La dernière partie de l'article dédié à Pauleta

LéGENDES - Vendredi, 27 mars, 2020 - 17:00

En trois saisons, le Portugais s'est hissé comme une légende des Girondins de Bordeaux.

La panoplie du buteur-modèle

Toute la panoplie du buteur-modèle, ce fan de Paulo Futre et de Diego Armando Maradona la possède. Jusqu’à devenir durant sa période bordelaise l’un des meilleurs, et des plus efficaces en Europe. Jusqu’à marquer des doublés, des triplés et même un quadruplé, en Coupe de France (32e de finale face à l’E.S. Fréjus, à Cannes, le 15 décembre 2001/0-6), aussi ! Et ce, même s’il n’a disputé avec la tunique marine sur la scène continentale, que des matches de Coupe de l’UEFA. Souvent porté par le public de Lescure, dont il était l’un des chouchous, Pauleta s’est montré très fort dans l’exercice final, jusqu’à – presque – avoir la sensation de se sentir pousser des ailes… « Avoir marqué ce public girondin, c’est une grosse fierté ! Quand vous arrivez dans un stade, que vous entrez sur un terrain, et que tout le public chante votre nom… vous avez une obligation de faire quelque chose pour lui. Et je l’ai senti à chaque fois, pendant huit ans, car à Paris, c’était la même chose. Il chantait votre nom avant et pendant le match… Et là, vous gagniez une confiance énorme. Et bon nombre de buts que j’ai marqués, c’est en majeure partie grâce à lui. Quand j’entendais les gens après avoir marqué, ça me fait des frissons ! C’est vrai que c’est spécial… Je sens qu’il y avait un lien très fort entre moi et le public, ici. »

afp_pauleta_02.jpg

Gaby, l’emblématique speaker de Lescure, s’amusait avec l’assistance, au micro et lors de chaque composition d’équipe, et instaurait cette communion en lançant un systématique et devenu mythique : « Pedro Miguel Carreiro Resendes, dit… Pauletaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! », que reprenait et complétait en chœur la foule ! Lequel résonne encore dans l’oreille des nostalgiques, et reste à jamais gravé dans la mémoire collective.  

Ovation, « trahison », respect

Mais le 24 avril 2003 retentit pour la dernière fois ce clin d’œil sonore, au stade Chaban-Delmas, puisque Pauleta dispute-là son dernier match sous les couleurs bordelaise. C’est face au LOSC, et à l’occasion de l’ultime journée de championnat. Les Marine et Blanc lui octroie une sortie digne, en tribune et sur le terrain. Devant près de 30 000 spectateurs, le Portugais, ému, fait le job et inscrit un doublé (dont un but sur penalty) qui scelle la victoire des siens, sur le score de… 2-0 ! À la 89e minute de jeu, il est remplacé par un jeune joueur, Olivier Auriac, et foule la pelouse vers la sortie en pleurs. À cet instant précis, même s’il était, depuis quelques temps, dans les tuyaux qu’il quitte le club pour le Paris Saint-Germain, les supporters, en dépit d’une ovation colossale, ont compris qu’il délaissait définitivement la Gironde pour la capitale… Ce fut donc-là un mélange d’émotions, de joie et de tristesse, puisque l’idole allait s’envoler vers d’autres horizons. De colère, même, puisque certains y voyaient-là une forme de « trahison » – même si le mot est bien trop fort –, rappelant ce sentiment imagé de « cocufication sportive » – excessif mais populaire – éprouvé lorsqu’Alain Giresse avait choisi l’Olympique de Marseille, en 1986... Parce que c’étaient « nos » Pauleta et « Gigi » !

Orphelin, ce public le sera, mais il témoignera toujours un immense respect à ce grand joueur, y compris lorsque celui-ci reviendra jouer à Bordeaux, avec le maillot du PSG ; avec lequel il continuera à inscrire beaucoup de buts (et gagner des titres), qu’il ne célèbrera toutefois pas à Lescure. Par pur respect, de son côté aussi.  

En trois ans, seulement, Pauleta « l’inconnu » aura réussi à se hisser parmi les plus grands éléments ayant évolué au club, figurant ainsi en très bonne place au Panthéon des légendes locales. Pour preuve, ce dernier fut convié pour donner le coup d’envoi fictif du Bordeaux-Lille du 30 novembre 2014 (15e journée de L1/1-0), à l’occasion des célébrations d’adieux à Lescure. Un geste symbolique que Pauleta nous a confié fortement apprécier… Tout comme chacun de ses retours au Haillan, depuis 2003…

pauleta_06.jpg

*L’effectif 2000-2000 est composé d’Ulrich Ramé, Frédéric Roux, Leonardo Lopez (gardiens de but), François Grenet, David Jemmali, Jérôme Bonnissel, Kodjo Afanou, Niša Saveljić, David Sommeil, Hervé Alicarte, Bruno Basto, Matthieu Béda, Michel Pavon (capitaine), Sylvain Legwinski, Laurent Batlles, Alexeï Smertin, Lassina Diabaté, Marc Wilmots, Hervé Bugnet, Christophe Dugarry, Pascal Feindouno, Bruno Da Rocha, Pauleta (puis Tony Vairelles).

Palmarès collectif et individuel

Avec les Girondins de Bordeaux

Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2002

Trophée UNFP du meilleur joueur de Ligue 1 en 2002

Trophée UNFP du meilleur joueur de Ligue 1 en 2003

« Joueur étranger de l’année du championnat de France » en 2001

« Joueur étranger de l’année du championnat de France » en 2002

LIRE LA TROISIÈME PARTIE