Fardilha - « Retrouver l’ancrage régional »

16

Féminines

lundi, 6 juin 2022 15:30
Fardilha

+1

Francisco Fardilha, directeur technique de l’équipe féminine, a accordé un long entretien à girondins.com. Nous le diffuserons en deux parties. Aujourd’hui, nous abordons le bilan de la saison, son intégration et sa vision de l’avenir.

girondins.com : L’équipe féminine a terminé la saison à la 6ème place du championnat et réalisé un joli parcours en UEFA Women’s Champions League. Quel bilan tires-tu du résultat sportif ?

Francisco Fardilha : Si on ne parle que du résultat sportif, la saison est plutôt décevante, sachant que nous avions le 3ème budget de D1 Arkéma. Nous avons connu beaucoup de turbulences. Nous avons donc mené une réflexion très importante sur le futur de la section. Il y a un grand besoin de structuration. Pas seulement de l’équipe première mais de toute la section féminine. Si la saison a été décevante, elle a aussi amené une grosse opportunité d’apprentissage et de réflexion pour les années à venir.

2022.05.07_FCGB-PSG

girondins.com : A titre personnel, tu es arrivé en novembre alors que la saison avait débuté. Comment s’est passée ton intégration ?

Francisco Fardilha : J’ai été bien accueilli et je me sens bien à Bordeaux depuis le premier jour. Ce n’était pas forcément évident car le Club est en difficulté. Humainement, il y a beaucoup de qualités dans ce club, qui a un énorme potentiel à tous les niveaux. Il n’y a pas tout à faire car les Girondins possèdent une grande histoire mais il reste énormément de choses à accomplir. Il faut réaligner la section avec l’identité et l’histoire. C’est notre objectif pour les prochaines saisons, avec l’aide de tous les salariés et tous les supporters des Girondins. Mon arrivée en novembre m’a permis d’observer le fonctionnement et d’échanger énormément avec toutes les parties prenantes : le staff, les joueuses, les agents, les parents… J’ai pu me faire une idée globale de tous nos points forts, et ils sont nombreux, mais aussi de ce qu’il manque. J’ai également recueilli beaucoup d’idées. Par exemple, un de nos plus fidèles supporters m’a parlé de l’expérience au stade. Arriver en cours de saison peut avoir des aspects négatifs mais j’ai pu prendre le temps de bien m’informer et de prendre du recul afin de préparer l’avenir.

« Retrouver un équilibre entre l’ancrage régional et des joueuses de qualités venant d’ailleurs. »

girondins.com : La section féminine ouvre une nouvelle page de son histoire avec un renouvellement d’effectif. Qu’as-tu envie de dire aux supporters bordelais dans cette période charnière ?

Francisco Fardilha : Les changements amènent toujours des inquiétudes et des résistances, c’est humain. Ça ne concerne pas que le football mais la vie en général. Il faut aussi revenir sur l’histoire de cette section. Elle a débuté avec une vraie identité régionale. Cela s’est un peu perdu par la suite, avec une nouvelle feuille de route et des recrutements pour viser le haut de tableau. Ulrich Ramé a effectué un très bon travail en son temps. On peut parler d’une page qui se tourne mais je pense que le véritable objectif est de retrouver un équilibre entre l’ancrage régional et des joueuses de qualités venant d’ailleurs. Cet ancrage, une majorité de supporters le demande, aussi bien chez les filles que chez les garçons. Certes, des joueuses confirmées quittent le Club et on doit être fier de les voir partir dans de très grands clubs. D’un autre côté, je pense que nos supporters sont aux premières loges pour assister à l’éclosion de futures internationales. Ensuite, il faut constater la situation économique du Club. Elle est difficile et cela ne date pas d’aujourd’hui. Nous devrons être encore plus rigoureux sur cet aspect, c’est une réalité. Il faut aussi constater que le football féminin français prend du retard sur d’autres pays. Retenir de grandes joueuses devient de plus en plus compliqué. Elles cherchent de meilleures conditions économiques, c’est normal. Elles le méritent, doivent construire leur vie et leur carrière. Surtout, elles veulent un défi sportif et nous sommes en concurrence avec les Etats-Unis, l’Angleterre mais aussi l’Espagne et l’Italie où le professionnalisme avance rapidement. Tous les acteurs du football français doivent mener une réflexion à ce sujet.

Bordeaux - Paris FC en images

girondins.com : Dans ce contexte et malgré les difficultés économiques, le Club veut rester impliqué dans le football féminin ?

Francisco Fardilha : Malgré les difficultés, Bordeaux investit constamment dans le football féminin. Je ne connais pas beaucoup de clubs dans notre situation qui continueraient dans cette voie. L’an prochain, notre budget sera évidemment réduit mais beaucoup de clubs auraient purement et simplement arrêté le football féminin. Ce n’est pas notre cas. La Direction m’a donné des garanties en ce sens. Il faut donc définir un projet plus aligné avec notre identité et nos moyens. Demain, des clubs en France et à l’étranger peuvent mobiliser de gros budgets. Si nous restons dans l’objectif de recruter des joueuses confirmées avec des hauts salaires, on risque de ne plus pouvoir suivre à un moment donné. Enfin, cette nouvelle orientation arrive au bon moment car nous sommes à la fin d’un cycle. Les joueuses qui nous quittent étaient au Club depuis deux ou trois saisons, elles étaient venues pour un projet. Elles ont fait ce qu’elles devaient faire, elles ont progressé personnellement et ont permis de mettre Bordeaux sur la carte du football féminin français.

Rendez-vous demain à 17h30 pour la seconde partie de l'entretien.

Plus d’actualités