Pablo : « de tous petits détails qui font la différence »

Le défenseur brésilien des Girondins se confie à girondins.com.

INTERVIEW - Jeudi, 22 mars, 2018 - 15:30

Revenu d’un prêt concluant du SC Corinthians, le numéro 25 s’est aujourd’hui imposé en défense centrale. Il donne ici son explication des maux Marine et Blanc.

Girondins.com : Pablo, après ce revers, samedi, face à Rennes, dans quel état d’esprit se retrouve le vestiaire ?

PABLO : On est vraiment triste. Cette nouvelle défaite doit nous pousser à réfléchir, sur notre façon de travailler. Ce que nous faisons aujourd’hui ne suffit plus pour gagner. Et pourtant, l’effectif qui a réalisé une belle série de victoires, il y a quelque temps, est le même, aujourd’hui. Nous allons redoubler d’efforts, pendant cette trêve, pour pouvoir à nouveau gagner.

Girondins.com : En conférence de presse d’après-match, le coach, Gustavo Poyet est apparu assez contrarié et déçu de la prestation, quels ont été ses mots ?

PABLO : Je pense que c’est tout à fait normal. Il est notre entraineur, il est à la tête de l’équipe. Cela rejoint ce que j’ai dit précédemment. Le coach a vu à son arrivée une équipe totalement différente de celle des derniers matches. Il ne comprend pas ce qu’il se passe, c’est pour ça qu’il est contrarié, et déçu de nos performances. Gustavo croit beaucoup en ses joueurs. On se doit de lui rendre cette confiance. C’est simple, il faut travailler, travailler et encore travailler ! Nous devons poursuivre nos efforts, pour retrouver notre jeu.

2018.03.17_bx-rennes_233.jpg

Girondins.com : Aujourd’hui nous entamons une période de trêve internationale, le prochain match pour les Marine et Blanc sera contre Guingamp, le 1er avril. Quelles sont les directives données par le staff jusqu’à cette date ?

PABLO : La concentration, c’est un élément déterminant dans ce sport. Si tu n’es pas concentré, tu ne peux pas bien travailler, ni faire un bon match. Chaque joueur a une fonction bien particulière sur le terrain, et il doit la remplir de la meilleure façon . Je suis défenseur central, donc je dois bien défendre. Si je suis attaquant, je dois bien attaquer pour marquer des buts. Je crois que si on est bien concentré sur  notre position, notre rôle, notre « mission », l’équipe n’a aucune raison de ne pas remporter les prochaines rencontres.

2018.03.17_bx-rennes_250.jpg

Girondins.com : Depuis ton retour du Brésil, tu es aligné aux côtés de Jules Koundé, comment se passe votre relation ? Et comment travaillez-vous pour améliorer vos automatismes ?

PABLO : Jules et moi, nous nous entendons très bien. Jules, est un très bon joueur, il a beaucoup de qualités. Il est jeune, a un gros potentiel, et match après match, il ne cesse de s’améliorer. Pendant la rencontre, on communique beaucoup, c’est très important pour la réussite d’une charnière défensive. Quand j’étais plus jeune, les joueurs qui avaient plus d’expérience me donnaient, eux aussi, des conseils. Leurs expériences a été très utile dans ma formation, et dans mon apprentissage. Aujourd’hui, c’est Jules qui m’écoute attentivement. Il me dit souvent : « Oui Pablo ! Ça marche ! » Et ça, c’est super ! Avec les qualités qu’il possède, il deviendra un grand joueur, j’en suis sûr.

notre problème,

c’est le manque de constance.

Girondins.com : L’équipe, après plusieurs bons résultats, est dans une moins bonne passe. Selon toi, que faut-il modifier pour sortir de cette situation, et renouer avec la victoire ?

PABLO : Ce sont parfois de tous petits détails qui font la différence. Si tu n’es pas concentré, à notre niveau, tu risques fortement de prendre un but. Si les joueurs ne jouent pas collectivement, les adversaires vont nous prendre de vitesse et marquer. Ce sont beaucoup de petites choses. Pour moi, le plus important pour gagner un match, c’est d’être attentif, et de rester « focus ». Si tu manques de concentration, ou que tu doutes de ta capacité à réaliser un bon match, ça ne pourra pas marcher. Actuellement, notre problème, c’est le manque de constance. Le coach a bien parlé avec nous, il a identifié ce qui n’allait pas. Nous reviendrons plus forts à la reprise.

 

Traduit par Annabelle Creuzé.