Lettre à Jaro

Notre message à Jaroslav Plasil

HOMMAGE - Samedi, 18 mai, 2019 - 09:30

Jaroslav Plasil jouera son dernier match à domicile.

Jaro,

Toutes les histoires d’amour ont une fin et la nôtre n’échappe pas à la règle. A l’heure de disputer ton dernier match à Bordeaux, nous avons voulu prendre la plume, ou plutôt le clavier, pour te dire merci… et un peu plus que cela.

2009.07.09_plasil_01.jpg

Merci, d’abord, pour tes dix ans de présence à Bordeaux. C’est de plus en plus rare dans le football professionnel. C’est de plus en plus appréciable aussi. Tu n’as jamais été un grand fan de statistique, nous n’allons en retenir qu’une. 365. Tu as disputé 365 matches sous le maillot au Scapulaire. Peut-être 367 si tu joues ce soir et face à Caen. Cela te place à la 8ème position des footballeurs ayant le plus joué à Bordeaux. Et dans un club ayant notre histoire, cela n’arrive pas tous les jours.

2013.05.31_plasil.jpg

Merci, ensuite, pour les bons moments. Pour ce but d’anthologie face à Lyon en 2010. Cette frappe de 30 mètres qui a fait exploser Lescure. Pour ce parcours de Champions League, toujours en 2010, qui reste dans la mémoire de tous ceux qui l’ont vécu. Pour cette épopée de la Coupe de France 2013 et ce trophée brandi dans le ciel dionysien. Un titre que le club attendait depuis 1987.

2011.08.13_plasil.jpg

Merci, encore, pour les moments plus difficiles. Ces moments où tu n’as pas failli quand les résultats n’étaient pas là. Ces moments où tu as pris la parole, même si ce n’était pas ta tasse de thé. Ces moments où tu as assumé ton rôle de leader. Merci d’être toujours reparti au combat, de t’être comporté comme un soldat. Malgré ta technique de passe soyeuse et ta facilité à jouer des deux pieds, tu n’as jamais hésité à aller au charbon.

2011.09.17_plasil.jpg

Merci, enfin, pour ce que tu as représenté pendant dix ans. Tu n’es pas un exemple pour les jeunes. Tu es un exemple tout court. Pour cela, tu n’as jamais eu besoin de coup d’éclat, de déclarations fracassantes dans la presse ou de crier dans le vestiaire. Ce n’est pas toi. Tu as été un exemple par le travail, le sérieux, le professionnalisme. On ne fait pas 21 ans de carrière par hasard. Toujours digne, dans la victoire comme dans la défaite, toujours respectueux du maillot, des supporters, des salariés. Toujours respectueux de l’institution. Tu vas quitter le terrain mais on espère te revoir vite. Histoire de te dire merci Jaro, merci pour tout.

2013.02.02_plasil.jpg