Les réactions d'Ibrahim Diarra et Michaël Nilor

Les deux néo-professionnels s'expriment.

SIGNATURE - Jeudi, 3 mai, 2018 - 18:30

Les deux jeunes du centre de formation rejoignent l'équipe professionnelle.

Arrivés en 2014 et 2015 au Haillan, Michaël Nilor et Ibrahim Diarra signent aujourd'hui leur contrat professionnel avec le club au Scapulaire.

C'est un grand jour pour les deux jeunes attaquants du centre de formation. Après de très bonnes performances cette saison, leur travail et leur sérieux sont récompensés et leur permettent d'intégrer le monde professionnel.

Les deux jeunes attaquants ont exprimé leur satisfaction après cette nouvelle.

Ibrahim Diarra : "C'est mon premier contrat professionnel, je suis très satisfait ! C'est tout nouveau pour moi. J'espère faire bonne impression. Mais je ne compte pas changer, je veux rester la même personne. Ce contrat, c'est un soulagement. Au vu de mon parcours, avec plusieurs blessures, c'est magnifique.

2018.05.03_diarra_04.jpg

J'espère rendre la confiance que l'on m'accorde aujourd'hui, et démontrer toutes mes qualités sur le terrain, le plus vite possible. Mon premier objectif c'est de m'intégrer et m'imposer dans cette équipe. Et pourquoi pas, jouer d'ici quelques temps, au Matmut ATLANTIQUE.

C'est un rêve qui se réalise. Je suis très heureux et fier. C'est une première récompense pour moi, mais également pour ma famille, qui me soutient énormément."

 

Michaël Nilor : "C'est une grande fierté. Cela fait maintenant quatre ans que je suis arrivé aux Girondins, et c'est un plaisir de continuer mon aventure ici. Je suis très heureux de franchir cette première étape. Mais le plus dur reste à venir. D'un autre côté, j'ai toujours l'objectif de bien terminer le championnat et de monter en CFA ! 

Ce contrat professionnel, c'est une satisfaction personnelle mais également, et surtout, pour mon père. 

2018.05.03_nilor_03.jpg

Demain, je vais intégrer un nouveau monde. Mon attitude ne doit pas évoluer, mais mon travail, lui, va être beaucoup plus intense. Je n'ai pas peur de ce nouveau statut, mais le plus dur reste à venir."