Europa League : plein phare sur le Slavia Prague

Zoom sur l'adversaire des Girondins ce jeudi.

UEFA EUROPA LEAGUE - Lundi, 17 septembre, 2018 - 16:11

Présentation du Slavia Prague, premier adversaire de Bordeaux en Europa League jeudi à Prague.

Encore une fois, les Girondins croisent la route d’un club de l’Est lors de cette campagne européenne 2018-2019. Pour présenter au mieux l’adversaire des Bordelais, Girondins.com interview Pierre Vuillemot, fondateur du site Footballski et spécialiste du football tchèque.

Girondins.com : bonjour Pierre, merci de répondre à nos questions. Tout d’abord, où se place le Slavia Prague dans l’histoire du championnat tchèque et tchécoslovaque ?

Pierre Vuillemot : « Pour comprendre le rôle du Slavia Prague, il faut savoir que c’est un club important et historique du football tchèque et tchécoslovaque. Ces deux footballs ont toujours connu un cycle de domination d’un club précis. 

D’abord le Slavia (Prague) et le Sparta (Prague). Puis, le Slovan Bratislava, le Dukla Prague et le Spartak. A partir de la fin des années 70, le Sparta Prague redevient le club phare. Cette domination va longtemps exister au sein du championnat tchèque. 

Le Slavia Prague ne retrouve le chemin des titres qu’au milieu des années 2000 (2007-2008 / 2008-2009). Avant que le Viktoria Plzen n’arrive au début des années 2010, devenant le nouvel homme fort du football tchèque. Aujourd’hui, on se retrouve dans une configuration avec trois clubs jouant le titre : le Slavia, le Sparta et le Viktoria Plzen ». 

slavia-prague-3.jpg

Girondins.com : à la fin des années 2000, le club retrouve l’Europe régulièrement et connaît une baisse de résultats par la suite, comment peut-on expliquer cela?

Pierre Vuillemot : « A l’arrivée de Plzen, le Slavia Prague a connu de gros problèmes sportifs et financiers. L’adversaire des Girondins est revenu sur le devant de l’affiche essentiellement grâce au rachat de CEFC qui est une très grosse société chinoise. Immédiatement elle est entrée dans le capital du club en rachetant 60% des parts. 

Evidemment, cette nouvelle ère s’accompagne d’un recrutement permettant d’accomplir les objectifs fixés (championnat + participation accrue aux compétitions européennes – des objectifs qui tombent souvent à l’eau ces derniers temps avec la forme du Viktoria Plzen). 

On a alors pu voir des « noms » arriver du côté de l’Eden, comme Halil Altintop, Ruslan Rotan ou encore Danny, tous partis aujourd’hui. Car malgré l’argent, la véritable force du club reste la même d’année en année : pouvoir s’appuyer sur une jeunesse tchèque talentueuse et quelques joueurs étrangers qui n’ont, certes pas des noms clinquants, mais qui savent se donner pour le club. 

Girondins.com : pour cette opposition, quels joueurs seront à surveiller dans cet effectif ?

simon-deli.jpg

Pierre Vuillemot : « En défense Simon Deli reste une valeur sûre, rugueux, physique, difficile à bouger.

C’est le milieu de terrain qui reste la grande force du club, avec des joueurs techniques, comme le milieu de poche Jan Sykora, le couteau-suisse Jaromir Zmrhal, ou encore dans un registre plus offensif l’expérimenté Josef Husbauer

slavia-prague-2.jpg

Enfin, l’attaque, elle, est portée par Milan Skoda, un buteur à l’ancienne, possédant une vraie intelligence dans la surface de réparation et pesant sur les défenses adverses.

Les Girondins devront se méfier chez une équipe qui, sur  les dix dernières années à domicile, a réussi à battre l’Ajax, le Steaua, l’Etoile Rouge de Belgrade et à tenir en échec Arsenal, Valence, le Genoa, et récemment le Dynamo Kiev cet été ».

Merci à Pierre Vuillemot d’avoir répondu à nos questions.