Juliette Loumagne - « Envie de rivaliser »

La jeune attaquante Juliette Loumagne s'est exprimée en interview

FéMININES - Thursday, November 17, 2016 - 11:51

Dimanche 20 novembre à 16h30, les Girondines reçoivent le Paris Saint-Germain pour le compte de la 8èmejournée de championnat. Avant cette belle affiche, l'attaquante Juliette Loumagne a donné son ressenti sur son début de saison et celui de l'équipe.

girondins.com : Bonjour Juliette. Tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots s'il te plaît ?

Juliette Loumagne : Je suis au club des Girondins depuis deux ans maintenant et à Blanquefort depuis que je fais du foot avec les filles. Ça va faire six, sept ans. J’étais au lycée Fernand Daguin à Mérignac, au coeur de la section sportive. J'étais avec quelques filles qui sont aujourd’hui dans l’équipe comme Margaux (Montégut) et Sarah (Cambot). J’ai fait une année en fac de psychologie à Bordeaux puis j’ai arrêté. Actuellement, je travaille en tant que barista (*).

(*) barista : terme d'origine italienne pouvant être rapproché approximativement de celui de barman.

girondins.com : Tu as fait partie de l’aventure avec Blanquefort puis avec les Girondins l’an passé en D2. Quel regard portes-tu sur l’évolution de l’équipe ?

Juliette Loumagne : De toute façon, nous avons été obligés d’évoluer puisque nous sommes passés en D1 et que l’écart est immense par rapport à la saison dernière. Il y a eu de nouvelles recrues et un nouveau coach qui nous ont aidées évoluer. Je pense qu’il faudra attendre encore un peu pour voir le chemin parcouru. C’est encore frais. On en apprend tous les jours, à chaque match.

juliette_loumagne_portrait_2.jpg


girondins.com : Quel premier bilan tires-tu du début de saison en D1 ?

Juliette Loumagne : C’est plutôt positif pour le moment. On a quand même huit points, donc si on compare aux équipes qui sont montées en D1 les années précédentes ou même celles qui sont promues comme nous cette année, c’est plutôt encourageant. Après, je pense que l’on peut faire mieux, notamment au niveau de la production du jeu.

girondins.com : As-tu été surprise par certains aspects du haut niveau, notamment face à des joueuses qui ont le statut professionnel ?

Juliette Loumagne : Moi, malheureusement, je n’ai pas joué contre Lyon car j’étais blessé. Je n’ai pas encore rencontré les cadors, si l’on peut dire. Ça va être ce week-end avec Paris pour moi, face à une équipe du Top 4. J’appréhende un petit peu parce qu’il y a des joueuses que l’on connaît, que l’on admire et que l’on voit à la télé. Une certaine motivation s’installe également, pour les mêmes raisons. On a envie de rivaliser, de montrer de quoi on est capable nous aussi.

2016.09.25_fem_fcgb_asse_loumagne_1.jpg


girondins.com : Personnellement, comment t’es-tu sentie durant ces premiers mois de compétition ?

Juliette Loumagne : Au début, physiquement, j’ai eu pas mal de blessures donc j’ai éprouvé des difficultés à me mettre dans le tempo. Maintenant, depuis un petit mois, je commence à trouver le rythme, à jouer un peu plus. C’est tout de même dur, au niveau des entraînements. Avec le travail et la vie privée en plus, ça fait beaucoup. Mais quand on a des joies comme on a pu avoir contre Albi ou Metz, avec l’équipe, ça compense.

Mon but contre Soyaux ? Je ne me pose pas de question sur le coup

girondins.com : Lors de la dernière rencontre, vous vous déplaciez à Metz. C’était un match important pour le maintien et vous revenez avec la victoire. Qu’as-tu pensé de la rencontre ?

Juliette Loumagne : C’était plus difficile qu’on ne le pensait à mon avis. Sur le coup, on les a peut-être un peu sous-estimées. Elles ont fait un gros match. Autant, de notre côté, nous avons eu de la chance lors de cette rencontre, autant elles n’en ont pas trop depuis le début de la saison. Contre Albi, elles s’inclinent à la dernière minute. C’est étonnant car, quand on les voit jouer, elles produisent du jeu, elles sont costauds. Les voir à cette place est surprenant. De notre côté, nous ramenons les trois points. Ce n’était pas un match agréable à jouer. Il n’y avait pas beaucoup de plaisir lors de la rencontre. C’est venu après, quand on a réalisé que l’on avait gagné.

girondins.com : Sur ce match, vous l’emportez dans les derniers instants. Est-ce un signe encourageant quand on sait que vous aviez par exemple eu un peu de mal en fin de rencontre face à Soyaux ?

Juliette Loumagne : C’est vrai qu’il y a souvent des matches lors desquels on mène, contre Guingamp et Soyaux par exemple. Et l’adversaire revient au score. D’avoir réussi à tenir, oui, c’est une satisfaction, parce qu’elles nous ont dominé pendant tout le match. On a pas eu beaucoup d’occasions. Un peu comme face à Soyaux. Nous avons su être réalistes, je pense que c’est notre point fort aussi.

girondins.com : Un petit mot sur ton but exceptionnel face à Soyaux justement. L’action s’est faite instinctivement ?

Juliette Loumagne : Oui, je ne me pose pas de question sur le coup. Ça part très bien. Félicité (Hamidouche) me fait un centre, un petit peu en cloche, et je ne réfléchis pas. Autant, quand j’étais jeune, à l’entraînement, je le tentais. Mais là, ça faisait longtemps et ça rentre. Même moi, ça me dépasse.

2016.10.30_10_fem_soyaux_loumagne.jpg


girondins.com : Dimanche, vous recevez le Paris Saint-Germain à Sainte-Germaine. Comment appréhendez-vous cette rencontre ?

Juliette Loumagne : On essaie de ne pas se laisser impressionner par le palmarès, tout cela. On connaît la différence qui existe. Il ne faut pas faire de plan sur la comète, être réaliste. On va faire tout ce que l’on peut. Pourquoi ne pas tenir le score, leur marquer ce premier but comme dit le coach. Déjà, en prendre le moins possible, ce serait bien.

Merci beaucoup Juliette pour ta disponibilité et ces réponses détaillées ! Bon match dimanche !